Serial Cui-Cui

J’aime fouiner dans les solderies. J’y cherchais ce jour-là des tringles à rideaux, le hasard m’a guidée vers un lot de quatre photos encadrées façon métal vieilli, format 60x60cm. Soit, pour quelques euros, des promesses de bonheur. C’est décidé, je m’attaque à une série.

Oui, mais quel sujet choisir, j’en ai assez des fleurs, dont je viens de fournir abondamment ma clientèle. Je me dois de me renouveler, sous peine d’asphyxie artistique. J’aime les oiseaux, leur plumage, leur gazouillis et leur liberté d’être. Je vais donc m’y coller, façon jeu des sept familles sauf que je n’ai que la famille « volatile » en quatre membres seulement. Le thème choisi, il me faut des couleurs tendres assorties, un décor bucolique accueillant, une unité de style tout en me renouvelant sur chaque tableau. J’avais prévu de les peindre ensemble façon serial cui-cui, passant de l’un à l’autre, en fait c’est contraignant et fastidieux, donc contre-productif. Je les traite chacun séparément, à la queue-leu-leu.

Le résultat final est plutôt homogène, sachant que les cadres identiques y forcément pour quelque chose. Le fils a emprunté la dégaine et le noeud pap’ du mathématicien et député LaRem Cédric Villani, la fille est une jeunette déjantée, la mère me ressemble lorsque j’étais beaucoup-beaucoup plus jeune, couvant ma nichée d’oisillons. Quant au pater familias, restons simple, c’est Jupiter. Les cadres numéros 5 et 6 ne sont pas au rendez-vous, c’est tant pis pour Papy et Mamie Cui-Cui.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s