Eloge de la paresse

Dans la vie, jamais je ne stresse,

Ni autrui je n’agresse.

Quand je fais la cour aux gonzesses,

Je butine, je complimente, je caresse.

Hop, elles enlèvent leurs boubous et leurs tresses.

Dans la pirogue, je pose mes fesses,

Le Code du travail, hardiment je transgresse.

Pas besoin d’en faire des caisses,

Le poisson vient à moi sans détresse.

La sieste, c’est pour moi la grand’messe.

Je dors, je chante, je suis en liesse.

Je sirote du lait d’ânesse,

Mes sujets m’appellent Altesse.

Si l’on me reproche ma mollesse,

Sans hâte je vais à confesse.

Seul (petit) bémol, j’engraisse…CNL

Je dédie ce petit poème slamé à tous ceux et celles, dont je fais largement partie, dont le poil dans la main augmente en fonction des tâches ingrates à accomplir. Je ne citerai personne, à chacun de se reconnaître…

Éloge de la paresse
60x60cm Eloge de la paresse Vendu( Galerie Chemins de Spiritualité)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s