Cultiver le look artiste

Je ne suis ni bien grande, ni bien grosse, j’ai une voix de petite fille et une tignasse frisottée façon crinière. Ce manque d’atouts (ou la somme de tous ces atouts, c’est selon) ne m’aide guère à m’imposer dans un milieu « artiste » insidieusement féroce.
Pour ne pas me sentir transparente, je mets donc toutes les chances de mon coté. Jadis je peignais  en public en plantant le décor avec un grand chevalet, une carpette style persan et un tabouret-trépied en peau de vache des plus inconfortables. Lourd, encombrant, inutile. Je ne me déplace plus qu’avec un chevalet riquiqui, une demi-douzaine de flacons d’acrylique, quelques cartes de visite. Et je fais sur place avec les moyens du bord.
Reste à soigner ma tenue, pour me  trouver en adéquation avec le public du moment. Ce n’est pas tant que je me « joue » un personnage, je suis moi-même. C’est-à dire bien loin des tenues classiques des dames de mon âge, mais revêtue de sarouels, tuniques près du corps et gilets frangés ou bariolés. Le « look artiste » quoi, celui qui fait raccord avec le décor, et dans lequel, comme c’est étrange, je me sens tellement bien.
Pour la petite histoire, une jeunette vient de me donner un jean à recycler, un jean de jeunette avec trous-trous pré-troués. J’ai beau être un poids plume, je n’en suis pas moins une grand-mère, j’ai donc recousu soigneusement tous les trous pré-troués et je porte ledit vêtement avec un petit haut sympathiquement coloré. Comme quoi le look artiste ne tient qu’à un fil !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s