Lorsque Jack l’Eventreur tenait le pinceau

Je feuilletai distraitement un livre d’art…Mon attention fut attirée par un tableau du peintre impressionniste britannique Walter Sickert, représentant sobrement et sombrement l’église Santa Maria della Salute de Venise. Selon une théorie qui est loin de rassembler des preuves à charge, ledit Sickert serait, entre deux toiles et trois voyages, le célèbre Jack l’Eventreur.

Voilà qui mérite de s’attarder sur la personnalité complexe et déplaisante de l’artiste, caricaturée par la noirceur de son oeuvre. Je me lance un nouveau défi de faussaire, copier à ma sauce le célèbre tueur en série, dont je rappelle qu’il est à ce jour présumé innocent. Livre ouvert  à la page « Sickert », je croque ladite église de quelques coups de pinceau rageurs, en marron, noir et gris. Le ciel, bas et lourd, reste lui-aussi noir de ressentiment et de colère rentrée. Encore quelques coups de pinceau par-ci par-là, un peu de rouge sang pour matérialiser le pavement, je ne peux m’empêcher d’ajouter quelque couleur dans la palette chromatique de Sickert. Car, qu’il soit, ou ne soit pas, le plus célèbre serial killer londonien de tous les temps, l’ami Walter avait décidément le spleen à l’âme…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

45x52cm Santa Maria della Salute (d'après Walter Sickert)
45x52cm Santa Maria della Salute (d’après Walter Sickert) Galerie Faussaire

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s