Terre d’asile

« Dans le quartier nord de la ville, S’inscrit le no-man »s land du bidonville. Migrants, exclus, bouches inutiles Ont fui la misère et la guerre civile.

Ils sont au nombre de cent mille, Seuls, en familles et en longues files. On y noue des amours, des idylles, On s’entre-tue pour des motifs futiles. On rêve d’une vie facile Mais on dort sous un toit sans tuiles, Les pleurs toujours prêts des cils.

L’élite vient rendre visite inutile. Elle verse bons mots et larmes de crocodiles, -Amis, coulez des jours tranquilles Dans la quiétude de votre île. La République vous donne terre d’asile. » Christine Nova-Larue

70x50cm Favella
50x70cm Favella (Galerie La meilleure façon d’habiter)

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s