Réponse de la Belle au Poète : On ne saurait que bien aimer (suite et fin)

« Si chose aimée est toujours belle, Si la beauté est éternelle, Dont le désir n’est à blâmer, On ne saurait que bien aimer.

Si le coeur humain qui désire En choisissant n’a l’oeil au pire, Quand le meilleur sait estimer, On ne saurait que bien aimer.

Si l’estimer naît de prudence, Laquelle connaît l’indigence Qui fait l’Amour plaindre et pâmer, On ne saurait que bien aimer.

Si le bien est chose plaisante, Si le bien est chose duisante, Si au bien il faut se conformer, On ne saurait que bien aimer.

Bref, puisque la bonté bénigne De la sapience divine Se fait charité surnommer, On ne saurait que bien aimer. »  Bonaventure des Periers 1490-1544

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s