Goujaterie

Une de mes connaissances, dame déjà mûre mais fort bien conservée, vient de se faire larguer par un « vieux beau »d’âge assorti, sans élégance,  par SMS. Peinée et déçue, l’amoureuse vexée pointe du doigt « le manque de galanterie des hommes d’aujourd’hui « .

Pour la réconforter, voici le billet de rupture que Louis Bouilhet (1822-1869) adressa à l’ex-élue de son coeur. Nul doute que, en d’autres temps, il l’eût posté sur les réseaux sociaux… » Tu n’as jamais été, dans tes jours les plus rares, Qu’un banal instrument sous mon archet vainqueur, Et comme un air qui sonne au bois creux des guitares, J’ai fait chanter mon rêve au vide de ton coeur »Ah, qu’en termes choisis la chose fut dite ! Goujat !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s