Mélancolie au fil de l’eau

« Le fleuve au vent du soir fait chanter ses roseaux, Seul je m’en suis allé. J’ai dénoué l’amarre, Puis je je suis couché dans ma jonque bizarre, Sans bruit, de peur de faire envoler les oiseaux.

Et nous sommes partis, tous deux, au fil de l’eau, sans savoir où, très lentement. Oh, charme rare ! Que donne un inconnu fluide où l’on s’égare. Par instants, j’arrêtai quelque frêle rameau.

Et je restai, bercé sur un flot d’indolence, A respirer ton âme, ô beau soir de silence. Car j’ai l’amour subtil du crépuscule fin.

L’eau musicale et triste est la soeur de mon rêve, Ma tasse est diaphane, Et je porte, sans fin, un coeur mélancolique où la lune se lève ». Albert Samain 1858-1900

60x80cm au fil de l'eau
Au fil de l’eau 60x80cm

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s