Histoire d’Adrienne Dherculès, la bien-nommée

C’était en 1588. Les guerres de religion mettaient la Haute-Provence à feu et à sang. Le bourg de Valensole tenait pour la Ligue, les troupes royales l’avaient assiégé sous les ordres du cruel La Valette.

Valensole ne put tenir longtemps, les pièces d’artillerie des royalistes ouvrirent le rempart comme pâté en croûte. Valensole se rendit. Condamné à la pendaison, le consul Collaret eut la chance d’avoir chez lui épouse aimante et dévouée, possédant âme courageuse et muscles puissants, fort justement dénommée Adrienne Dherculès.

Collaret est amené sous la potence, il tend déjà le col. Soudain un remous se produit dans la foule. Criant, pleurant, gesticulant, transportée de douleur et le faisant savoir, Adrienne repousse les obstacles, lutte avec les mains-pieds-coudes-dents. Arrivée au gibet, elle monte prestement l’échelle, jette à bas le bourreau. Puis, faisant preuve de dispositions athlétiques incontestables, empoigne son mari et le ramène au logis. Le consul fut gracié.

50x50cm Guerrière
50x50cm « La femme guerrière » (Galerie Femmes, Femmes, Femmes)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s