Parlez-moi d’amour, entre jardin et cour

En ce bon royaume de France, les cours d’amour fleurirent un peu partout au Moyen-Age. Chevaliers et troubadours retrouvaient là des dames de haut rang, et se livraient avec leurs belles à des tournois amoureux parfois scabreux…Mais tout se passait en paroles mesurées. Certains historiens ont cru y voir des nids de poésie, d’autres des tribunaux réguliers en réaction contre les moeurs rudes de la chevalerie et la violence des combats singuliers.

Un code d’amour fut établi, résumé en de courtes maximes, telles –Qui ne sait se taire ne sait pas aimer. -L’amour ne peut être stationnaire, il doit toujours augmenter ou diminuer. -L’amour n’a jamais logé dans la maison de l’avarice. -Le mariage n’est pas une excuse légitime contre l’amour.

Ces colloques amoureux mirent au point les approximations sentimentales. A la question -Une demoiselle attachée à un chevalier par un amour convenable, puis mariée à un autre, doit-elle repousser son ancien amant et lui refuser ses bontés accoutumées, il fut commodément répondu que le lien marital n’exclut pas les droits du premier attachement...Pratique, surprenant, voilà qui démontre un esprit large et évolué. Car le Moyen-Age n’était pas enfermé, comme certains le pensent, dans une morale étroite et bourgeoisement conventionnelle. Ah, parlez-moi encore d’amour, encore et toujours, on ne s’en lasse pas…

60x80cm le joly mois de may
80x60cm « Le Joli mois de Mai » (Galerie XXLarge)

Une réflexion sur “Parlez-moi d’amour, entre jardin et cour

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s