Les ocres rouges de Roussillon

Le village de Roussillon, à quelques km d’Apt, ne ressemble à nul autre village provençal. Régal pour les yeux, régal pour les peintres, il est construit dans l’ocre rouge. Rouges sont ses rochers, rouges ses champs et ses collines, rouges ses falaises et même les murs de ses maisons. C’est une vision charnelle, sanglante, incandescente. Dix-sept nuances d’ocre rouge colorent donc cet étrange village, son environnement étant riche en oxyde de fer. Ceci explique donc cela… Une belle et cruelle légende détaille de façon plus poétique cette curieuse coloration.

Raymond d’Avignon, seigneur des lieux, rustre et cruel, délaissait son épouse la belle Sirmonde, qui trouva réconfort dans les bras de son page et troubadour Guillaume de Cabestan. Le mari trompé tua son rival, en fit accommoder le coeur par son cuisinier et fit déguster le plat à sa femme. Raymond lui annonça alors la cruelle vérité. La malheureuse déclara qu’elle avait fort bien dîné, et ce pour toujours. Elle se jeta du haut de la falaise.

Les ocres de Roussillon
« Les ocres de Roussillon »

Après un tel drame, teinté du sang d’une amoureuse, les terres alentour prirent, pour l’éternité, une teinte rougeoyante.

2 réflexions sur “Les ocres rouges de Roussillon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s