Histoire triste en Argentine

« Ni les attraits des plus aimables Argentines, Ni les courses à cheval dans la pampa, N’ont le pouvoir de distraire de son spleen Le Consul Général de France à La Plata.

On raconte tout bas l’histoire du pauvre homme. Sa vie fut traversée par un fatal amour, Et il prit la funeste manie de l’opium. Il occupait alors le poste à Singapour…

Medhi Belkhirat Huile 40x50cm Chevaux au lasso
Huile de Medhi Belkhirat, Chevaux au lasso (Galerie Les Tableaux de mes amis artistes)

Il aime à galoper dans nos plaines amères, Il jalouse la vie sauvage du gaucho. Puis il retourne vers son palais consulaire, Et sa tristesse le drape comme un poncho.

Il ne s’aperçoit pas, je n’en suis que trop sûre, Que Lolita Valdez le regarde en souriant, Malgré sa tempe qui grisonne et sa figure Ravagée par les fièvres d’Extrême-Orient ». Henry Jean-Marie Levet (1874-1906)

2 réflexions sur “Histoire triste en Argentine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s