Ode à Ninon

Ode adressée à Ninon de Lenclos, célèbre courtisane du 17ème siècle. « Depuis le siècle de Pépin Jusqu’à celui de la Fronde, On n’a rien vu de si poupin Que cette belle vagabonde. Elle est aussi droite qu’un pieu, Plus pénétrante qu’une sonde, Plus savante qu’un calepin, Et va la nuit comme une ronde.

Elle est douce comme un mouton, Dort l’hiver en drap de coton, Fixe au Marais son habitacle, Se contente le soir d’un poulet, Touche le luth, parle en oracle Et siffle comme un flageolet ! » Urbain Chevreau 1613-1701

58x47cm Portrait de Ninon au chapeau fleuri
58x47cm Portrait de Ninon au chapeau fleuri (Galerie Femmes, Femmes, Femmes)

Le sieur Urbain Chevreau, contemporain de Ninon et poète à ses heures perdues, fut-il un de ses richissimes protecteurs, son admirateur inconditionnel ou un de ses amants délaissés ? Ma petite histoire ne le dit pas. Laissons-le à son mystère et contentons-nous de savourer avec humour ses vers de mirliton…

2 réflexions sur “Ode à Ninon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s