Que la peste soit de vos beaux discours !

Nous sommes en l’an de grâce 1720. Le navire « Le Grand Saint-Antoine » entre dans le port de Marseille, apportant avec lui une terrible épidémie de peste, qui condamne illico à mort la moitié de ses quatre vingt mille habitants. Et se répand dans toute la Provence.

Il faut agir. En la bonne ville voisine d’Apt, le fléau se précise. Se tient alors une réunion de crise au palais épiscopal, dont nos politiciens d’aujourd’hui ne renieraient ni la mise en spectacle, ni l’inefficacité, ni la langue de bois. Le bon docteur Morpain, sommité médicale, dûment mandaté par le pouvoir royal, se vit bombardé de questions. – « Qu’est-ce que la peste ? » – « C’est une maladie contagieuse et épidémique, qui vient à certaines périodes ravager l’espèce humaine. On en réchappe, ou le plus souvent on en meurt.« – « Quels sont les moyens de s’en préserver ? « – « Ne pas contracter la maladie, en s’éloignant des pays qui en sont infectés( sic !) » . – « Quel en est le traitement ? » – « Attendu que la peste est un fléau envoyé sur terre pour châtier les hommes, le génie médical, tel une étoile scintillante, pourrait seul, dans l’avenir, indiquer à soulever le voile du remède spécifique (re-sic !). En attendant, il faut s’en préserver, et, pour guérir, s’en remettre à Sainte Anne, à Saint Roch et autres saints. Etc,etc… et préchi précha…et blablabla« .

Quand les saints vont au Paradis
« Quand les saints vont au Paradis », Pauvres pécheurs priez pour nous !

Pendant ce temps, à la maison commune, sans com’ ni micros ni caméras ni attachés de presse, se tenait une séance de travail hors péroraison. Les édiles locaux y organisèrent la quarantaine, l’infirmerie, les mesures sanitaires, la désinfection générale et les fumigations dans les habitations, la distribution du pain et des vivres de première nécessité, le transport et l’ensevelissement des corps dans les fosses communes, l’aide aux indigents et autres humbles tâches d’intérêt général…certes ingrates, mais, pour le bon peuple, primordiales en ces temps troublés.

P. S. Elle est datée ma chronique, et même périmée, me direz-vous … Pas tant que cela, car les dernières infos font part de quatre cas de peste signalés, au grand dam du corps médical, en une province reculée de Chine… . Devant la menace, par ailleurs réelle d’épidémie, Pékin ne fait pas dans la dentelle, en répandant de la mort aux rats par voie aérienne sur le territoire concerné. Tous aux abris!

4 réflexions sur “Que la peste soit de vos beaux discours !

  1. zigouiller les rongeurs se sert à rien, c’est la puce qui est sur le rat qui transmet la peste… (souvenir de mes cours d’histoire d’il y a longtemps)
    cela dit, la mort au rat en quantité suffisante doit pas être très bonne pour les populations : ils seront mort avant d’avoir la peste 😦

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s