Le chant mélodieux des sirènes

Ayant surmonté mille dangers, Ulysse, roi d’Ithaque, fait enfin voile vers son pays natal. Il a hâte de retrouver, après vingt ans d’absence tout de même, son épouse légitime la fidèle Pénélope (celle-là même qui détricotait chaque soir sa tapisserie pour décourager ses soupirants), ainsi que son fils Télémaque (qu’il avait quitté nourrisson encore dans ses langes, braillard et pendu aux tétons). Et tout cela pourquoi ? Pour partir à la guerre, bien sûr, comme tous les mecs, et y commettre des exploits qui resteraient gravés dans toutes les mémoires…Bien vu.

Bon bref, voilà Ulysse prêt à reprendre le train-train de la vie quotidienne. Il arrive en vue du pays des sirènes, tant redouté des navigateurs, car ces monstres mi-femmes mi-poissons usaient de chants extraordinaires, aussi merveilleux que maléfiques, pour précipiter les marins au fond des flots. Ulysse est rusé, c’est là son moindre défaut. Il pétrit un morceau de cire et en fait un bouchon d’oreilles pour chacun de ses compagnons. Sauf pour lui, qui veut vivre une dernière aventure. Il s’attache solidement au mât du navire, voulant savourer ce chant mortel que l’on prétend sublime. Ainsi fut fait.

Le vent se calme, les sirènes entonnent leur mélopée, appelant suavement Ulysse enchaîné à les rejoindre. Ensorcelé, il tire sur ses liens, qu’il ne peut rompre. Le navire continue sa route, Ulysse pleurant des larmes de bonheur autant que de fureur… ! Na ! Bien fait pour lui, Bien fait pour elles ! L’Odyssée, d’après le poète grec Homère (lXème siècle avant notre ère)

60x60cmla petite sirène
60x60cm « La Petite Sirène, sans queue ni tête » (Galerie Contes pour Petits et Grands)

PS. Joachim Du Bellay (1525-1560) a résumé cette histoire édifiante en une seule rime (plus besoin de lire l’Odyssée, qui est un vrai pavé) – « Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage, Ou comme celui-là qui conquit la toison (Jason en personne, encore un navigateur fameux, pas très pressé lui non plus de rentrer au logis), Et puis est retourné, plein d’usage et raison, Vivre entre ses parents le reste de son âge ! »

5 réflexions sur “Le chant mélodieux des sirènes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s