La grande nuit

 » Il ne fait pas nuit sur la terre, l’obscurité rôde, elle erre autour du noir. Et je sais des ténèbres si absolues que toute forme y promène une lueur et y devient le pressentiment, peut-être l’aurore d’un regard.

Ces ténèbres sont en nous. Une dévorante obscurité nous habite. Les froids du pôle sont plus près de moi que ce puant enfer où je ne pourrais pas me respirer moi-même. Aucune sonde ne mesurera ces épaisseurs, parce que mon apparence est dans un espace et mes entrailles dans un autre. Je l’ignore parce que mes yeux, ni ma voix, ni le voir, ni l’entendre, ne sont dans l’un ni l’autre...

…Il fait noir en moi, mais je ne suis pas cette ténèbre, bien qu’assez lourd pour y sombrer un jour. Cette nuit est. On dirait qu’elle a fait mes yeux d’aujourd’hui et me ferme à ce qu’ils voient. Couleurs bleutées de ce que je ne vois qu’avec ma profondeur, rouges que m’éclaire mon sang, noir que voit mon coeur…

Nuit du ciel, pauvre ombre éclose, tu n’es la nuit que pour mes cils. » Joe Bousquet (1897-1950)

La Grande Nuit
« La Grande Nuit », Contes du Grand Passage (galerie Chaos)

3 réflexions sur “La grande nuit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s