La leçon de couleurs

« Je comprends comment l’écarlate peut différer du cramoisi parce que je sais que l’odeur d’une orange n’est pas l’odeur d’un pamplemousse…sans la couleur, ou un équivalent, la vie me paraîtrait sombre, stérile, une vaste obscurité… Ainsi, je pense généralement aux choses comme colorées et sonores. L’habitude a là sa part. Le cerveau et sa construction des cinq sens est d’accord et compte pour le reste. L’unité du monde exige que la couleur y soit conservée, que j’en aie connaissance ou non. Plutôt que de me tenir à l’écart, je m’y intéresse en y discutant, heureuse du bonheur de ceux qui, près de moi, jouissent des jolis tons du coucher de soleil ou de l’arc en ciel. » Helen Keller

Depuis l’âge de 18 mois sourde-muette, et aveugle de surcroît, l’américaine Helen Keller (1880-1968) sait là de quoi elle parle, et nous donne une belle leçon de vie, basée sur les sens qu’elle ne possède pas. Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire, Helen était enfermée dans une gangue dont elle a pu et surtout su sortir. Et Helen Keller de conclure avec un optimisme qui n’a rien de béat, car il est fondé sur les principes mêmes de sa joie de vivre malgré son triple handicap. «  Ce que nous avons apprécié une fois, nous ne pouvons jamais le perdre. Tout ce que nous aimons profondément devient une part de nous ».

30x30cm Des fleurs pour vous

2 réflexions sur “La leçon de couleurs

  1. Ping : ITA – La leçon de couleurs — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s