Les Djinns (1)

« Murs, ville, Et port, Asile De mort, Mer grise Où brise La brise Tout dort.

Dans la plaine Naît un bruit. C’est l’haleine de la nuit. Elle brame Comme une âme Qu’une flamme Toujours suit.

La voix plus haute Semble un grelot D’un nain qui saute C’est le galop. Il fuit, s’élance Puis en cadence Sur un pied danse Au bout d’un flot.

La rumeur approche, L’écho la redit. C’est comme la cloche D’un couvent maudit, Comme un bruit de foule Qui tonne et qui roule, Et tantôt s’écroule Et tantôt grandit.

Dieu ! La voix sépulcrale des Djinns!.. Quel bruit ils font ! Fuyons sous la spirale De l’escalier profond ! Déjà s’éteint ma lampe, Et l’ombre de la rampe, Qui le long du mur Monte jusqu’au plafond. » (à suivre) Victor Hugo, Les Orientales

Les Djins 1
40x40cm « Les Djinns » (Galerie Chaos) Ce poème de Victor Hugo, allez savoir pourquoi, je l’aime, je le plébiscite depuis mon adolescence, peut-être parce qu’il décrit si bien la somme de toutes mes peurs, celles-là mêmes que je tente de repousser avec mes mains surchargées de bagues-amulettes…Restait à oser mettre lesdits démons en peinture…et à suivre mon idée jusqu’au bout…

Une réflexion sur “Les Djinns (1)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s