Fragrances

 »Je me promenais pendant quelques instants sur la terrasse, mais une odeur subtile et familière, celle d’un cigare, m’arriva furtivement d’une fenêtre. Je vis celle de la bibliothèque s’entrouvrir de la largeur d’une main. Je me rendais compte que je pouvais être observée, aussi m’éloignai-je pour me rendre dans le verger. Il n’y avait pas dans tout le parc endroit plus abrité, plus semblable à l’Eden. Il était plein d’arbres couverts de fleurs, un mur très élevé le séparait de la cour d’un côté, de l’autre une avenue plantée de hêtres formait écran devant la pelouse. Au fond, il n’était séparé des champs solitaires que par un fossé, et l’allée bordée de lauriers qui en descendait en serpentant se terminait par un gigantesque marronnier entouré d’un banc à sa base. Là, on pouvait errer à l’abri des regards.

L’églantier odorant, l’armoise, le jasmin, l’oeuillet et la rose ont depuis longtemps offert leur encens à l’office du soir. Ce nouvel arôme n’émane ni des arbustes, ni des fleurs, c’est…je le connais bien…celui du cigare de Monsieur Rochester. Je regarde autour de moi, j’écoute. Je vois des arbres chargés de fruits mûrissants, j’entends un rossignol qui chante dans un bois, à près d’un demi-mille, aucune forme mouvante n’est visible, nul bruit de pas perceptible, pourtant cette odeur devient plus pénétrante, il faut fuir. » Jane Eyre (Charlotte Brontë)

40x40cm Harmonie du soir
40x40cm « Harmonie du soir » (Galerie Dites-le avec des fleurs)

4 réflexions sur “Fragrances

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s