Ballade à Venise

 »Toutes les villes du monde se ressemblent plus ou moins, celle-ci ne ressemble à aucune. Chaque fois que je l’ai revue, après de longues absences, c’était une nouvelle surprise pour moi. A mesure que mon âge avançait, que mes connaissances augmentaient, et que j’avais des comparaisons à faire, j’y découvrais des singularités nouvelles et de nouvelles beautés.’‘ Quel Vénitien célèbre décrit ainsi sa ville de coeur ? Il s’agit de Carlo Goldoni (1707-1793), auteur de nombreuses pièces de théâtre, maître de la Commedia Del Arte. Lequel persiste et signe :  »On chante dans les places, dans les rues, et sur les canaux. Les marchands chantent en débitant leurs marchandises, les ouvriers chantent en quittant leurs travaux, les gondoliers chantent en attendant leurs maîtres. Le langage vénitien est sans contredit le plus doux, le plus agréable de tous les dialectes de l’Italie. La prononciation en est claire, délicate, facile ; les mots abondants, expressifs, les phrases harmonieuses, spirituelles : et comme le fond du caractère de la nation vénitienne est la gaieté, ainsi le fond du langage vénitien est la plaisanterie.  »

30x30cm promenade en gondole, d'après antonio canaletto
30x30cm « Promenade en gondole », d’après Antonio Canaletto (Galerie Faussaire) Les amoureux de Venise ne m’en voudront pas de copier, à ma façon, les célèbres canaux. J’ai également commis, toujours chez « Faussaire » une tentative de représentation de l’église Santa Maria delle Salute, largement inspirée du peintre impressionniste anglais Walter Sickert…je dirais même copiée-collée, à grand renfort de petits morceaux de papier-cadeau..

45x52cm Santa Maria della Salute (d'après Walter Sickert)

Carlo Goldoni serait-il chauvin ? Que nenni. Nombre d’écrivains, qui n’étaient, quant à eux, pas natifs de la cité des Doges, l’ont aimée passionnément, et l’ont célébrée à la hauteur de leur enthousiasme. Tel Honoré de Balzac (1799-1850), qui décrit ainsi cet établissement renommé, deux fois centenaire :  »Le café Florian est à Venise une indéfinissable institution. Les négociants y font leurs affaires et les avocats y donnent des rendez-vous pour y traiter leurs consultations les plus épineuses. Florian est tout à la fois une bourse, un foyer de théâtre, un cabinet de lecture, un club, un confessionnal. »

3 réflexions sur “Ballade à Venise

  1. Ping : ITA – Ballade à Venise — L’atelier peinture de Christine | Mac - Aleatory moments of communication

  2. Ping : ITA – Ballade à Venise — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s