Passer marché de dupe avec le diable

 »Il fut un temps où tous ceux qui mouraient à Tréguier, en Bretagne, le dimanche, entre messe et vêpres, appartenaient de droit au diable et étaient damnés. Voilà pourquoi.

C’était à l’époque où l’église de Tréguier, encore inachevée d’ailleurs, était en construction. La nef était terminée. Mais il ne restait plus d’argent pour la tour. Le clergé résolut alors d’avoir recours à la bourse du diable. Pôlic promit son aide, mais en y mettant la condition énoncée ci-dessus. Les prêtres acceptèrent. La tour fut bâtie, et il n’y en a pas dans le pays qui puisse rivaliser avec elle. Toutefois, on ne tarda pas à trouver qu’on avait fait un marché onéreux en la payant, si élégante fût-elle, du salut de tant d’âmes. On ne pouvait rompre le pacte, on tâcha du moins de l’éluder.

On s’y prit de façon bien simple. A peine le prêtre officiant avait-il lancé l’Ita missa est ( fin de la messe), qu’un des chantres entonnait le premier psaume des vêpres. Le diable n’y vit que du feu ». Anatole LeBraz (La légende de la mort)

Pôlic, dit Petit Pôl, dit Le Vieux Guillaume, Tonton Jean, Le Petit Cornu, et bien d’autres. Le Diable, en Bretagne comme ailleurs, possède bien des sobriquets…

3 réflexions sur “Passer marché de dupe avec le diable

  1. Ping : ITA – Passer marché de dupe avec le diable — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s