Fantômes de mer

 »Le navire était comme un arbre fantastique garni de squelettes accrochés dans ses vergues, dans ses haubans, et, à l’avant, devant le détail de bout dehors, qui représentait une tête de mort décharnée…toute la voilure blanche du Hollandais Volant était déployée. Des torches jetaient de hautes flammes qui se tordaient au vent. Ainsi paré, Le Hollandais Volant ressemblait à un immense catafalque ». C’est Pierre Mac Orlan qui, dans –Les clients du bon dieu jaune  »- conte ainsi la légende de cet équipage châtié par la justice divine pour sa sauvagerie. Et condamné à errer sur les mers jusqu’à la fin des temps.

7 réflexions sur “Fantômes de mer

  1. Ping : Fantômes de mer — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s