Voir Venise avec les yeux d’un enfant

 »Je suis allé à Venise pour la première fois à l’âge de sept ans. Avant de partir, ils m’ont montré des images de la ville, et j’ai eu l’impression que toute cette étendue d’eau ne me plairait pas, d’autant plus qu’ils m’ont prévenu que je ne pourrais pas y nager, ni même pêcher. Que restait-il à faire ? Oh, non, cet endroit ne me tentait pas du tout. -. Et puis, tu l’as adoré ? -. Mais non, je l’ai détesté. Qui n’en ferait autant à sept ans ? On me traînait toute la journée le long de trottoirs durs et brûlants, on m’emmenait dans d’innombrables églises où l’odeur d’encens me donnait la nausée. On me mettait devant des toiles immenses, hautes comme des maisons, des tableaux ennuyeux de doges et de madones qui ne souriaient jamais. Et on me disait que c’étaient les plus belles oeuvres d’art du monde. Je devais rester assis des heures durant sur d’inconfortables chaises de café en fer à les regarder boire et causer. Nous avons pris le thé chez une vieille comtesse et l’on m’a obligé à mettre un costume de velours avec un col aussi dur qu’une armure d’acier et à faire des courbettes sans avoir le droit d’ouvrir la bouche. -Tout était sombre, les canaux sentaient mauvais, et les enfants italiens jacassaient ensemble dans une langue étrangère. J’ai détesté Venise. Mais je ne l’ai jamais oubliée. Il est bon que les enfants fassent très tôt connaissance avec le grotesque. Je n’ai jamais oublié l’impression que j’ai eue en voyant surgir ces palais fantomatiques de chaque côté des canaux que nous descendions en gondole. C’était une cité magique. Mais plutôt de la magie noire.  » Susan Hill ( L’oiseau de nuit)
50x50cm « Palazzo » (Galerie La meilleure façon d’habiter)
Que nos amis italiens se rassurent ! Adulte, le narrateur retourna à Venise, à plusieurs reprises, et l’apprécia alors à sa juste valeur.

11 réflexions sur “Voir Venise avec les yeux d’un enfant

  1. hum ! j’ai bafouillé et elle va faire son petit marché tous les jours, croise 10 personnes , il n’y a presque plus de vaporetti, et on ne peut pas aller la voir …
    Merci pour ton texte et ta peinture sur Venise qui est toute propre et délivrée de sa foule …

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : Voir Venise avec les yeux d’un enfant — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

  3. Je suis d’accord avec l’auteur. Pour un garçon (ou une fille, dans ce cas), il n’est pas possible de tomber amoureux de Venise. Je suis tombé amoureux de elle quand j’avais vingt ans, lorsque j’ai rencontré une fille, de mon âge, qui m’a guidé dans les « calle » de Venise et m’a donné son sourire, son corps et la mélancolie de ne plus jamais la revoir. Maintenant, Venise me montre toujours son visage merveilleux et douloureux.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s