»Mon Dieu, sauvez -nous! »

Les bubons firent leur apparition le lendemain soir, trois petits boutons rouges sous chaque aisselle et à l’aine. Avant la tombée de la nuit, ils avaient enflé en abcès qui faisaient pleurer Rose de douleur. Alors la nouvelle se répandit dans le village :  »La dame d’Avonsford a la peste »...

Elle essaya de calmer son mari, mais en vain. Il manda le vicaire, mais on lui apprit que le prêtre, terrifié par le spectacle de ses moutons morts, s’était enfui. Quand Gilbert contemplait sa merveilleuse épouse, ses cheveux immaculés répandus sur l’oreiller comme une auréole. Quand, horrifié, il voyait son corps se tordre de douleur, il se rappelait le poème terrible qu’ils avaient écouté l’avant-veille. Et ses vers lui revenaient en mémoire avec une force nouvelle et accablante : –Et vos membres déchirerons. Personne, gente dame, ne vous secourra. Et demain sans faute nous vous manderons. –

Il ne put supporter l’idée de la perdre. – Mon Dieu, sauvez -nous-, s’écriait-il, désespéré.’ ‘Edward Rutherford ( Sarum)

 »Quand les saints vont au Paradis  » …Emmènent-ils avec eux notre triste humanité?

2 réflexions sur “ »Mon Dieu, sauvez -nous! »

  1. Ping : ”Mon Dieu, sauvez -nous!” — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s