C’est dimanche, allons guincher

 » Une grenouillère : lieu où ça grouille… du monde, du monde, du monde… Mais qu’était -ce donc une grenouillère au temps de Renoir, de Maupassant et du père Fournaise ? Les grenouilles étaient désignées, dans les chansonnettes, comme les petites femmes de Paris. -Pas exactement des prostituées, mais plutôt cette catégorie de filles libres, caractéristiques des moeurs parisiennes du temps, changeant d’amant facilement, se passant une fantaisie quand cela leur disait, sautant, sans s’étonner, d’un hôtel particulier aux Champs – Elysées à une mansarde aux Batignolles.‘Huguette Bouchardeau (La Famille Renoir)

Je suis une solitaire… . Ne recherchant pas particulièrement la compagnie de mes semblables, je ne les intègre guère dans mon univers artistique, du moins en groupes compacts. Cependant, confinement oblige, je me suis surprise, ayant eu l’idée, pour m’aérer la tête, de représenter une guinguette au bord de l’eau, de la peupler de toute une faune d’humains passant du bon temps en bord des rives de Marne.  Un accordéoniste, des couples de danseurs, deux grenouilles attablées, à peine suggérés par quelques traits de couleur. De la vie, de la musique, du monde, ça bouge, ça grouille, et ça fait du bien !

3 réflexions sur “C’est dimanche, allons guincher

  1. Ping : C’est dimanche, allons guincher — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s