En couleurs sur page blanche

« Les pages sont encore blanches, mais il y a une sensation miraculeuse de la présence des mots, écrits à l’encre invisible, et demandant à grands cris de devenir visibles« (Wladimir Nabokov). Ce qui vaut pour l’écriture vaut aussi pour la peinture, il suffit de remplacer la page par la toile blanche, et les mots par les couleurs.

4 réflexions sur “En couleurs sur page blanche

  1. Ping : En couleurs sur page blanche — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s