Au bord de l’eau

« S’asseoir tous deux au bord d’un flot qui passe, Le voir passer. Tous deux, s’il glisse un nuage en l’espace, Le voir glisser. A l’horizon, s’il fume un toit de chaume, Le voir fumer. Aux alentours, si quelque fleur embaume, S’en embaumer.

Si quelque fruit, où les abeilles goûtent, tente, Y goûter. Si quelque oiseau, dans les bois qui l’écoutent, chante, L’écouter. Entendre au pied du saule où l’eau murmure, L’eau murmurer. Ne pas sentir, tant que ce rêve dure, Le temps durer.

Mais n’apportant de passion profonde qu’à s’adorer, Sans nul souci des querelles du monde, Les ignorer. Et seuls, heureux devant tout ce qui lasse, Sans se lasser,  Sentir l’amour, devant tout ce qui passe, Ne point passer ! » René-François Sully-Prud’Homme 1839-1907

60 x80 cm  »Au fil de l’eau », collection privée

4 réflexions sur “Au bord de l’eau

  1. Ping : Au bord de l’eau — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s