Fleurir le royaume des morts

 »Montrez-moi la façon dont une société s’occupe de ses morts, et je vous dirai avec une exactitude raisonnable les sentiments de son peuple et sa fidélité envers un sentiment élevé ». William Gladstone

 »L’enfant traversa l’ombre fraîche de l’église. Il hésita un moment parmi les pierres tombales devant la grille de fer qui entourait celles de sa famille. Ses yeux s’arrêtent sur le rebord de granit qui portait le nom –Whiteoak- et s’attristèrent en regardant la pierre marquée – Mary Whiteoak, femme de Philip Whiteoak-. La tombe de sa mère. Son grand-père reposait là, aussi, son père, la première femme de son père, et plusieurs enfants.

Il avait toujours aimé ce coin de terre. Il aimait la jolie grille de fer et les charmantes petites boules qui pendaient. Il aurait voulu rester là ce matin pour jouer. Il faudrait qu’il apporte une grosse botte de boutons d’or, il en avait vu hier briller le long de la rivière, et il les mettrait sur la tombe de sa mère. Il en donnerait peut-être aussi quelques-uns à la mére de Renny et de Meg, mais pas aux hommes, naturellement, cela ne leur ferait aucun plaisir, ni aux bébés sauf à – Gwynneth, âgée de cinq mois -, parce qu’il aimait son nom. » Mazo de la Roche ( Jalna)

40 x80 cm  » En souvenir d’elle  » (Galerie Dites-le avec des fleurs)

3 réflexions sur “Fleurir le royaume des morts

  1. Ping : Fleurir le royaume des morts — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Répondre à Dans l'oeil d'une flâneuse Bretonne.... Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s