Je suis la mer

 »Le poème de la mer. Le poème de la mort. La mer et la mort mêlées. Des chants d’équipage. -. Quinze hommes sur le coffre de l’homme mort. Ho! Ho ! Et une bouteille de rhum !-

Hardi ! Des mots épars, des crachats de voyelles et syllabes. Des mains gelées, des bras coupés, des têtes vidées. Des cris. C’est le vent de la mer qui nous tourmente ! Et ces grands oiseaux blancs au-dessus de moi penchés avec leurs yeux de feu. Les hommes sur la mer, tendus pour un dernier travail, un dernier combat. On ne meurt pas, on se perd. On ne meurt pas, on sombre. Harnachés de bottes cuissardes. On nage avec les sirènes sur le ventre blanc des poissons.

Des noyés entre deux eaux. Comme des sémaphores. Je m’accroche à la barre. Je rase Ouessant. Insoucieux des récifs, des raz. Venez, venez ! Accrochez-vous, nagez !’‘ Denis Flageul (Fantôme de mer)

3 réflexions sur “Je suis la mer

  1. Ping : Je suis la mer — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s