C’est l’histoire d’une valise…

. Tu es donc en cheville avec le banditisme romain? Tu trafiques?

-. Mais non. C’est ma valise qui trafique. Quand j’arrive à Rome, il n’y a rien dedans. Quand je repars, il y a des tas de trucs inouïs. Qu’est-ce que je peux y faire? Elle vit sa vie de valise, cette valise. Si ça lui plaît de trimballer des tas de bricoles, c’est son affaire, je ne vais pas m’en mêler. On ne quitte pas une valise sous prétexte qu’elle prend de temps en temps son indépendance. C’est comme un enfant fugueur, il faut s’y habituer. De toute façon, je suis persuadée que ça recommencerait avec n’importe quelle valise. Tiens, l’autre jour, ça a commencé avec mon sac à main, par contagion, je suppose. Léger à l’aller, lourd au retour.

. Qu’est-ce qu’il y a, dans cette valise? -. Demande-lui, c’est sa vie de valise. Je crois qu’elle ramasse un peu tout ce qu’elle trouve. On a les valises qu’on mérite. Note ça.

-. Ça dure depuis combien de temps ?-. Depuis qu’elle a atteint sa maturité sexuelle. Chez les valises, ça vient jeune. En ce qui concerne la mienne, ça fait vingt-trois ans au moins. Ma valise est déjà une vieille prostituée.

-. Ça rapporte? -. Pas mal.  » Fred Vargas  (Ceux qui vont mourir te saluent)

 ». Le grand voyage  »

3 réflexions sur “C’est l’histoire d’une valise…

  1. Ping : C’est l’histoire d’une valise… — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s