Quand le rossignol chante en breton

« Quand je relis les pages de Chateaubriand sur le printemps de Bretagne, une déception chaque fois m’habite.

Il faut que je l’avoue. Je n’ai jamais entendu chanter le rossignol, l’oiseau dont Chateaubriand célèbre et associe la voix au charme des nuits bretonnes. La caille, la tourterelle et la jolie perdrix, je les ai entendues tant qu’on voudra. Et le courlis, le coucou, et le moineau, le merle, le rouge-gorge, l’hirondelle et l’huîtrier-pie… Pas le rossignol. Toutes les ressources du goéland dans la plainte, la fureur ou l’appel. Pas une note du rossignol. Le sterne et le cygne, pas le rossignol.

Le grisollement de l’alouette et le cri du coq ont environné mon enfance. Ils sont demeurés pour moi les leitmotivs d’un ciel et d’une matinée en Bretagne. Ils réjouissaient tous les hameaux de la presqu’île de Crozon. Et je les entends aujourd’hui avec bonheur, des Poulains à Port-Maria et de Goulphar à Ramonette, peupler tout Belle- Île-en-Mer des vibrations inlassables de leur allégresse.

Le rossignol habite fréquemment, –vient de m’apprendre une amie hollandaise-, les arbres plantés dans des terrains à orties. Pour le motif qu’il est friand d’une espèce de chenille qui se nourrit des orties… Je remercie l’humour de Dieu d’allier les orties et la musique.  »Henri Queffelec (Les enfants de la mer)

2 réflexions sur “Quand le rossignol chante en breton

  1. Ping : Quand le rossignol chante en breton — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s