Déconfiner les âmes

-. Vous sentez bien, mes frères, -reprit le bon abbé Martin, -. Vous sentez bien que ceci ne peut pas durer. J’ai charge d’âmes, et je veux, je veux vous sauver de l’abîme où vous êtes tous en train de rouler tête première. Demain, je me mets à l’ouvrage, pas plus tard que demain. Et l’ouvrage ne manquera pas!

Voici comment je m’y prendrai. Pour que tout se fasse bien, il faut tout faire avec ordre. Nous irons rang par rang, comme à Jonquière quand on danse. -. Lundi matin, je confesserai les vieux et les vieilles. Ce n’est rien. -. Mardi, les enfants. J’aurai bientôt fait. -. Mercredi, les garçons et les filles. Ça pourra être plus long. -. Jeudi, les hommes. Nous couperons court. –. Vendredi, les femmes. Je dirai : Pas d’histoires. -. Samedi, le meunier. Ce n’est pas trop d’un jour pour lui tout seul. -. Et si dimanche nous avons fini, nous serons bien heureux.

Voyez-vous, mes enfants, quand le blé est mûr, il faut le couper. Quand le vin est tiré, il faut le boire. Voilà assez de linge sale, il s’agit de le laver, et de le bien laver. C’est la grâce que je vous souhaite. Amen! » Alphonse Daudet (Lettres de mon moulin)

3 réflexions sur “Déconfiner les âmes

  1. Ping : Déconfiner les âmes — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Répondre à Marie-Christine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s