Censuré !

 »Il lui sembla être comme la mer, une sombre houle déferlant en vagues immenses, en sorte que lentement toute son obscurité se mettait en mouvement, et qu’elle-même était devenue une sombre et muette masse océanique. En leurs tréfonds, ses profondeurs s’écartaient pour s’étaler en longues vagues, et au vif de sa chair les abîmes se fendaient, s’écartaient, s’éloignant du centre où plongeait cette douceur qui pénétrait au plus profondément, toujours plus bas, inlassablement, de plus en plus profondément.

Jusqu’au point où, soudain, dans une convulsion douce et frémissante, elle fut touchée au vif de tout son plasma, réalisant qu’elle était touchée, qu’elle vivait sa mort, qu’elle avait disparu. Elle avait disparu, elle n’était plus, elle était née. Une femme.’‘ D H Lawrence (L’Amant de Lady Chatterley)

3 réflexions sur “Censuré !

  1. Ping : Censuré ! — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s