Les Pommes d’or

 »La rentrée des récoltes fut à Jalna comme une apothéose. Jour après jour, de lourds chariots transportaient leurs précieux chargements des champs à la grange. L’année était exceptionnelle pour tout, sauf pour le maïs. Il avait poussé haut, mais un violent orage l’avait couché. Il s’était cependant en partie redressé,et la récolte avait été sauvée.

Les branches des pommiers pliaient sous leur fardeau de fruits merveilleusement sains : duchesses, astrakans, baldwins, reinettes,pommes des neiges, les meilleures de toutes. Dans le fond de la vallée, là où le ruisseau passait à côté des étables, poussait un pommier sauvage dont les petits fruits sucrés, les préférés de Meg et Renny, avaient un goût de poire. Les deux enfants se cachaient dans ses branches pour les dévorer. Il y en avait toujours dans leurs poches. Ils en cachaient sous leur oreiller pour les manger le soir dans leur lit. Ces fruits étaient responsables de leur manque d’appétit, de leurs poussées d’urticaire et de leurs coliques. Mais personne ne suspectait le pommier.  » Mazo de la Roche (Mary Wakefield)

4 réflexions sur “Les Pommes d’or

  1. Ping : Les Pommes d’or — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s