Épidémie

Londres se vidait rapidement. De véritables cortèges de voitures et de chariots s’ébranlaient tous les matins. Deux mille cinq cent morts la semaine d’avant ! Les visages pâles et tristes des prisonniers de l’épidémie, ceux qui étaient enfermés avec les malades, apparaissaient aux fenêtres, et les cloches sonnaient dans presque toutes les églises de la ville. Les gens se bouchaient le nez en passant devant une maison marquée de la croix. Bien des familles entassaient des provisions chez elles, puis bouclaient la maison, bouchant hermétiquement les fentes et les trous de serrure, clouant des planches aux portes et aux fenêtres, pour s’isoler de l’épidémie.

La chaleur persistait, sans brouillard, il n’avait pas plu depuis près d’un mois. Les fleurs, plantées dans les cours, roses et chèvrefeuille, se desséchaient, les prairies autour de la ville prenaient un air grillé. Des marchands dans les rues vendaient des cerises, des pommes et des prunes précoces, car les oranges étaient rares, et ceux qui le pouvaient achetaient de la glace, prise en hiver dans les lacs et rivières et conservée dans des caves profondes, bien entourée de paille. Cela rafraîchissait au moins le vin et l’ale. On parlait presque autant de la chaleur que de la guerre ou de la peste.

Ambre commençait à se sentir nerveuse. Les longues processions funèbres, les croix rouges à chaque instant, les cloches qui sonnaient, les gens qui circulaient le nez enfoui dans une bouteille de désinfectant finissaient par l’impressionner. Elle désirait s’en aller, mais elle était sûre que si elle partait, Bruce arriverait le jour même. Et elle attendait.  » Kathleen Winsor (Ambre)

Une réflexion sur “Épidémie

Répondre à Marie-Christine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s