Les Vices et les Vertus

 »Le soir, après souper, les Utopiens passent une heure en divertissements, l’été dans les jardins, l’hiver dans les salles communes où ils prennent leurs repas. Ils ne connaissent ni dés, ni cartes, ni aucun de ces jeux de hasard également sots et dangereux. Ils pratiquent cependant deux espèces de jeu qui ont beaucoup de rapport avec nos échecs. Le premier est -la bataille arithmétique-, dans laquelle le nombre pille le nombre. L’autre est -le combat des vices et des vertus-. Ce dernier montre avec évidence l’anarchie des vices entre eux, la haine qui les divise, et néanmoins leur parfait accord quand il s’agit d’attaquer les vertus. Il fait voir comment la victoire se déclare pour l’un ou l’autre parti. »  Thomas Moore (Utopie, rédigé en l’an de grâce 1516)  »Pensées toxiques », poème Mahéva Oblin

2 réflexions sur “Les Vices et les Vertus

  1. Ping : Les Vices et les Vertus — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s