Histoires slaves

 »Regardez cette photo, là ! C’était celle de Pskov qu’il tendait, avec le pignon blanc de la maison du tailleur, la poulie sous le toit, le perron de six marches, la mère assise, le père soignant sa pose, les deux gosses au col marin brodé.

-. C’est en Russie! Il a fallu que je consulte un atlas. Pas loin de la Baltique, il y a là plusieurs petits pays, l’Estonie, la Latvie, la Lithuanie… puis les enserrants, la Pologne et la Russie. Les frontières ne parviennent pas à coïncider avec les races. De village à village, parfois, la langue change. Et il y a par-dessus le marché les Juifs qui, disséminés partout, forment néanmoins un peuple à part. Ajoutez-y les communistes ! On se bat sur les frontières ! Il y a des armées de nationalistes… les gens vivent des pins des forêts. Les pauvres sont plus pauvres qu’ailleurs, il en meurt de faim et de froid.

Des intellectuels défendent la culture allemande, d’autres la culture slave, d’autres enfin le terroir et les anciens dialectes…

Il y a des paysans à face de Lapon ou de Kalmouk, puis de grands diables blonds et enfin tout un métissage de Juifs qui mangent de l’ail et tuent les bêtes autrement que les autres… » Georges Simenon (Piotr le Letton)

40 x40 cm  »Il était une fois en Russie »  (Galerie La meilleure façon d’habiter)

4 réflexions sur “Histoires slaves

  1. Ping : Histoires slaves — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s