L’oeil en émoi

 »Chaque fois que je me glissais dans le bureau de mon père, une gravure m’époustouflait. Ce n’est pas tous les jours qu’un jeune garçon a le loisir de contempler une femme nue qui, allongée sous un arbre, semble lui renvoyer son regard. Et, en dehors du cercle restreint des spécialistes de la Renaissance, personne n’aurait imaginé au pied d’une telle créature un satyre nu, le pénis en forme de corne tendu dans sa direction, comme l’aiguille d’un compas.
J’avais douze ans quand je tombai pour la première fois sur cette illustration. J’étais seul dans le bureau de mon père. Soudain, je compris pourquoi il tardait parfois à nous rejoindre à table. Face à cette merveille, le boeuf en daube ne faisait pas le poids. » Ian Caldwell et Justin Thompson (La règle des Quatre)

6 réflexions sur “L’oeil en émoi

  1. Ping : L’oeil en émoi — L’atelier peinture de Christine | THE DARK SIDE OF THE MOON...

  2. Ping : L’oeil en émoi — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s