Le piège en toile d’araignée

‘ Ce séminaire était un parfait traquenard destiné à séduire des proies vulnérables, et l’accusé le savait. Si Bob Wing avait été une araignée et ces femmes esseulées des mouches, ces réunions ne pouvaient figurer des toiles plus mortelles. Tôt ou tard, l’une d’elles allait se prendre dans les filets du pasteur. Il n’avait plus qu’à guetter et attirer vers lui les femmes récemment veuves ou divorcées, c’est-à-dire les êtres les plus fragiles que compte la population.

Mais même les araignées ont des ennemis mortels. Les araignées mâles sont plus petites, plus faibles que leurs partenaires et s’il s’agit de veuves noires, le mâle se prend lui-même à son piège. Dans cette toile-ci, Mesdames et Messieurs, nous sommes en présence de deux prédateurs mortels. Faits l’un pour l’autre. Peut-être le révérend Wing n’aurait-il pas pu mener à bien son horrible dessin si Artémis MacGregor ne l’avait pas assisté. » Nancy Pickard (L’anneau de vérité)

2 réflexions sur “Le piège en toile d’araignée

  1. Ping : Le piège en toile d’araignée — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s