Le mauvais oeil

 »- Il paraît que, cette fois -ci, il y avait le mauvais oeil… Ça a commencé dans le port-même, au départ… Un matelot avait grimpé au mât de charge pour adresser des signes à sa femme… Il se retenait à un filin qui cassa et le voilà sur le pont avec une jambe en bouillie, on a du le ramener à terre avec un doris… Et un mousse qui ne voulait pas partir, qui pleurait, qui pleurait, qui hurlait ! Bon, trois jours après, on télégraphie qu’il a été emporté par une lame ! Un gamin de quinze ans ! Un petit blond tout maigre, avec presque un nom de fille, Jean -Marie. Pour le reste…

-. Le mauvais oeil a continué ? -. Je ne sais rien de précis, on dirait qu’ils ont tous peur d’en parler. N’empêche que si le télégraphiste a été arrêté, c’est que le capitaine et lui avaient l’air de chien et chat ! -. Et quoi encore ? -. Des choses... Tenez, le capitaine qui les a forcés à traîner le chalut là où l’on n’a jamais vu prendre une morue. Et il hurlait, parce que le patron -pêcheur refusait d’obéir, il a sorti son revolver… Ils étaient comme des forcenés, quoi ! Comme s’il y avait une malédiction... » Georges Simenon (Au rendez-vous des Terre-Neuvas)

3 réflexions sur “Le mauvais oeil

  1. Ping : Le mauvais oeil — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s