Planète qui pleure, planète qui rit

« Un soir, dans le nord du Tchad, nous fumes frappés par un orage dévastateur. En quelques minutes, tout le paysage, violemment illuminé par les éclairs ininterrompus, fut inondé… Nous avions l’ impression de flotter à la surface d’une vaste étendue d’eau traversée par des courants formés par le vent

Quand la pluie cessa, brutalement, après être tombée pendant six heures, nous dûmes hurler pour nous faire entendre, au-dessus d’un fantastique concert de croassements de crapauds et de stridulations d’insectes. » Professeur John Cloudesley Thompson

2 réflexions sur “Planète qui pleure, planète qui rit

  1. Ping : Planète qui pleure, planète qui rit — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s