Il s’appelait Chaïm Soutine

 »-. La Veude est une rivière de prés, sans courant, qui sinue à travers des pâtures entre de hauts peupliers. Elle est peu poissonneuse, et mon adolescence boudait un peu la marmaille de vairons qui pullulait. C’est un moulin à eau dont les issues attiraient en foule ces poissons lilliputiens, mais chamarrés au temps du frai de couleurs somptueusement irisées. Je suivais lentement le chemin qui borde la rive, reconnaissais les saules un à un, les peupliers de l’autre rive jusqu’à leur cime ponctuée de touffes de gui.
J’allais, en amitié avec l’immense silence, la fraîcheur du soir déjà proche, quand j’aperçus, seule et frèle sous les arbres, la silhouette du voyageur. Il peignait, debout devant une toile de grand format, prenant quelques pas de recul, examinant son oeuvre ébauchée, méditant, immobile, et soudain revenant à la toile où il posait fiévreusement quelques touches. Je respectai sa solitude, son tête -à -tête avec lui-même. Aussi bien la lumière déclinait. Lorsque au bout de quelques minutes je revins vers le moulin, il repliait son chevalet. Je le vis partir à grands pas, en coupant à travers les prés.

Le lendemain, chez Emilienne, j’entrepris de me renseigner. Emilienne tenait l’auberge -hôtel. –. Son nom ? -. Un drôle de nom, pas de chez nous, je regarderai dans mon registre et vous le dirai demain. –Je fus ponctuel au rendez-vous. Dès que j’entrai, Emilienne vint à moi, le visage bouleversé. -. Le pauvre ! Il est parti, il avait un ulcère de l’estomac, il a perforé cette nuit. Vous m’aviez demandé son nom, un nom pareil, comment voulez-vous, je vous l’ai écrit là-dessus. Elle me tendit un lambeau de papier où je lus : Chaïm Soutine.  » Maurice Genevois (Cent mille jours)

7 réflexions sur “Il s’appelait Chaïm Soutine

  1. Très beau texte de Maurice Genevoix… Quelle belle écriture ! L’oeuvre en illustration représente bien Chaïm Soutine. J’avais vu ses tableaux au musée de Ceret. Merci pour ce magnifique hommage à ce grand peintre qui a eu une vie plutôt triste.

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : Il s’appelait Chaïm Soutine — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s