Passer du singe à l’homme, et s’en trouver bien

 » Et, peu à peu, l’homme a tout pris, ce qui se trouve au-dessus de la terre, sur la terre et dans la terre. Il n’en a jamais assez. Il a bâti, il a démoli, il a inventé, il a fait et refait, il mange tout, il boit tout, il digère tout, il s’est débarrassé de tout ce qui le gênait. » Avant il y avait le singe. Maintenant il y a l’homme. Pour le meilleur et pour le pire…

 »-Tante, je voudrais habiter dans un arbre. Le marronnier du jardin est assez grand, si nous bâtissions une maison sur ses branches… Ce serait bien amusant, on y monterait avec l’échelle.

Une maison, c’est impossible, chéri. Une cage, cela irait encore… Puis maintenant il nous faut des murs, des chaises, nous devons faire la cuisine. Comment nous y prendrions-nous, perchés sur les branches ?

-Et eux, Tante, est-ce qu’ils ne mangeaient pas ?

– Si, mais des fruits sauvages et des racines tout crus, des glands de chêne…ils sont amers, tu n’aimes pas les choses amères… Et tout doucement, par son intelligence, ce singe est devenu l’homme, mais il n’était pas aussi beau ni aussi blanc que maintenant. Comme il avait souvent froid, il s’habillait de branches feuillues. Au lieu de vivre sur les arbres, il s’abritait dans des trous de montagne. Puis il a construit une hutte avec de la terre, et, comme il ne trouvait à se nourrir que de ces fruits et des racines qu’il déterrait de ses mains, il a cherché autre chose. Et, après encore un très long temps, il commença de se battre avec des animaux pour les tuer. Il mangeait leur chair toute crue et se vêtait de leur peau… Puis, encore longtemps après, il a pris des pierres, dont il a fait des couteaux et des haches. Dès lors, au lieu de se battre avec les animaux qu’il voulait manger, il se servit de son couteau ou de sa hache pour les tuer …/…. Il trouva en outre le feu, et il put cuire la viande. » Neel Doff (Jours de famine et de détresse)

2 réflexions sur “Passer du singe à l’homme, et s’en trouver bien

  1. Ping : Passer du singe à l’homme, et s’en trouver bien — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s