Aller au combat comme un matador

 »-. J’avais plaisir à l’écouter parler, à entendre les souvenirs qu’il évoquait, d’abondance, dans de longs monologues, comme s’il voulait se libérer de la tension nerveuse qu’il avait subie pendant toutes ces années de guerre. Je trouvais même touchantes ses fanfaronnades.

-. Rien de grave ne pouvait lui arriver, prétendait-il. Il avait la baraka, et la mort ne concernait que les autres. Il s’entourait d’ailleurs d’un tas d’amulettes et de fétiches, rapportés d’Egypte, et un petit koala en peluche qui ne quittait jamais son cockpit. Il allait au combat revêtu de son habit de lumière, persuadé que seule sa cape de matador risquait d’être encornée selon ses termes.

Bien sûr, il avait peur, comme tout le monde. Mais la trouille faisait partie du jeu. Son avion avait souvent été criblé de balles, il avait dû maintes fois se poser en catastrophe au milieu des flammes, mais il s’en était toujours tiré… On aurait dit qu’une bulle d’air autour de lui le protégeait et colorait la réalité de la teinte de son choix. » Jean -Jacques Fiechter (Tiré à part)

4 réflexions sur “Aller au combat comme un matador

  1. Ping : Aller au combat comme un matador — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

  2. Un texte très descriptif des aventures d’un aventurier audax et d’un torero sans peur de la mort face au taureau. La peinture, une œuvre d’art exquise. Très expressif.
    Une bonne excellente semaine pour vous
    Manuel

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s