Les cent ans de grand-mère

 »-. La nuit venait de tomber sur l’anniversaire de grand-mère. Elle était descendue lentement et semblait baisser à regret le rideau sur ce jour unique. Mais, à présent, le ciel était d’un pourpre royal et une centaine d’étoiles scintillaient avec tout le charme mystique des bougies d’anniversaire.

Grand-mère n’avait pas fermé l’oeil depuis l’aube. Elle n’aurait pas voulu pour un empire perdre la saveur d’un seul instant de ce jour vers lequel tendaient tous ses efforts depuis bien des années. Elle pourrait dormir autant qu’elle le voudrait une fois la fête finie. Il n’y aurait guère autre chose à faire. Plus rien à attendre.

La cuisinière avait fait un gâteau à trois étages qu’on avait décoré à la ville. Sur le sommet, entouré de vagues de sucre glacé, se dressait un bateau à voiles blanc et argent, semblable à celui sur lequel elle avait traversé l’océan en venant des Indes. Sur le côté, en fruits confits, la date de sa naissance, 1825. Le gâteau était sur une table en bois de rose , à côté d’une photographie du capitaine Philippe Whiteoak dans un cadre doré. Combien grand-mère aurait aimé qu’il pût voir le gâteau, et qu’il e dit -. Ah, Adeline, voilà un gâteau qui vaut qu’on vive cent ans!– » Mazo de LaRoche ( Jalna)

 »Gâteau d’anniversaire » par Amélie Larue, 12 ans, crayons de couleurs

4 réflexions sur “Les cent ans de grand-mère

  1. Ping : Les cent ans de grand-mère — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s