Chemins divergents

 »-. Crois-tu que je vais accepter pour gendre mon pire ennemi, celui qui ne cherche qu’à détruire l’oeuvre de ma vie ? Un type aux idées rétrogrades, incapable de regarder l’avenir en face, et d’accepter les progrès révolutionnaires, seuls capables de servir la civilisation ? Retourne à Munich, si tu le désires. Joins-toi à la foule des chirurgiens médiocres qui ouvrent les ventres et font collection de calculs biliaires. Celui qui ose affronter le cerveau doit posséder le courage du tigre et l’humilité d’une nonne. Et être un familier de Dieu. Mais toi, qu’est-ce que tu es ? Tu connais par coeur les noms des os et des nerfs, tu es capable de reproduire tous les croquis de ton manuel d’anatomie à la perfection, tu as une idée précise aussi, peut-être, sur la composition chimique de l’urine. Mais ces connaissances ne suffisent pas dans notre secteur, docteur Keller !

-. Tu peux essayer de me blesser dans mon amour-propre. Tu sais parfaitement ce dont je suis capable, et tu sais aussi que je ne manque pas du courage du tigre dont tu parles. Et c’est justement ce courage-là qui m’incite à te mettre en garde contre ton audace. N’oublie pas les frontières de la médecine !- » Konsalik (Médecin des esprits perdus)

Une réflexion sur “Chemins divergents

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s