La Shâh

 » Fut-il jamais une plus magnifique Shâh ? Ardoisée le matin, elle devient pervenche à midi, Et s’irise de mauve, de gris perle, d’argent et d’acier, Comme pigeon au soleil…

Le soir, elle se fait ombre, fumée, nuage… » Colette

4 réflexions sur “La Shâh

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s