Le livre qui fit scandale

 »-. De moment en moment, la passion du moine devenait plus ardente, et la terreur d’Antonia plus intense. Elle lutta pour se dégager. Ses efforts furent sans succès et, voyant Ambrosio s’enhardir de plus en plus, elle appela au secours à grands cris. L’aspect du caveau, la pâle lueur de la lampe, et les objets funèbres que ses yeux rencontraient de toute part, étaient peu faits pour lui inspirer les sentiments qui agitaient le prieur. Ses caresses mêmes l’épouvantaient par leur fureur. Cet effroi, au contraire, cette répugnance incessante, ne faisaient qu’enflammer les désirs du moine, et prêter de nouvelles forces à sa brutalité’‘.

L’Anglais Matthew Gregory Lewis (1775-1818) publie son chef-d’oeuvre  » LeMoine » à l’âge de vingt ans. L’ouvrage, un roman gothique, déploie avec un art gradué et consommé de l’horrible une multitude de récits audacieux et cruels. Bien entendu, le livre fit scandale, et fut même qualifié de licencieux et un temps interdit. Sa deuxième édition fut même expurgée de certaines scènes, comme de bien entendu les plus croustillantes, et par là même les intéressantes…

3 réflexions sur “Le livre qui fit scandale

  1. Ping : Le livre qui fit scandale — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s