Milady

 »-. Pâle et terrible, Milady se redressa et, repoussant d’Artagnan d’un coup violent dans la poitrine, elle s’élança hors du lit. Il faisait alors presque grand jour. D’Artagnan la retint par son peignoir de fine toile des Indes pour implorer son pardon. Alors la baptiste se déchira en laissant à nu ses épaules, et, sur l’une de ses belles épaules rondes et blanches, d’Artagnan, avec un saisissement inexprimable, reconnut la fleur de lys, cette marque indélébile qu’imprime la marque infâmante du bourreau.

-. Grand dieu, s’écria d’Artagnan en lâchant le peignoir. Et il demeura muet, immobile et glacé sur le lit. Mais Milady se sentait dénoncée par l’effroi même de d’Artagnan. Sans doute il avait tout vu, le jeune homme maintenant savait son secret, secret terrible, que tout le monde ignorait, excepté lui. Elle se retourna, non plus comme une femme furieuse, mais comme une panthère blessée.

2 réflexions sur “Milady

  1. Ping : Milady — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s