Le secret du Feu

 »-. Un jour, la horde s’arrêta avant le crépuscule. C’était à la pointe d’un lac aux eaux vertes, sur une terre sableuse, par un temps extraordinairement sec. On voyait dans le firmament un vol des grues, des sarcelles fuyaient parmi les roseaux, au loin rugissait un lion. Les Wah allumèrent deux grands feux. Noah, s’étant procuré des brindilles très minces et presque carbonisées, frappait ses pierres l’une contre l’autre. Il travaillait avec une passion violente. Puis des doutes le prirent, il se dit que les Wah cachaient encore un secret. Près de s’arrêter, il donna quelques coups si terribles qu’une des pierres éclata. Sa poitrine s’enfla, ses bras se raidirent, une lueur persistait sur l’une des brindilles. Alors, soufflant avec prudence, il fit grandir la flamme, elle dévora sa faible proie, elle saisit les autres herbes…

Et Noah, immobile, tout haletant, les yeux terribles, connut une joie plus forte encore que lorsqu’il avait vaincu la tigresse, pris le feu aux Kzamms, fait alliance avec le grand mammouth et abattu le chef des Nains-Rouges. Car il sentait qu’il venait de conquérir sur les choses une puissance que n’avait possédée aucun de ses ancêtres et que personne ne pourrait plus tuer le Feu chez les hommes de sa race. » J. H. Rosny Aîné (La Guerre du Feu)

4 réflexions sur “Le secret du Feu

  1. Ping : Le secret du Feu — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s